Le Lot 340 communes La vie Histoire Passé Présent Futur Rechercher
tour lotoise
Stéphane Ternoise 
tour lotoise
Théâtre 
tour lotoise
Romans 
tour lotoise
Livres sur le Lot 
tour lotoise
Musique 
tour lotoise
Catalogue 
tour lotoise lotois.fr tour lotoise

Maître Guy Debuisson l'homme qui répond en ne voulant pas répondre...


Maître Guy Debuisson maire de Cahors, qui y a cru ?...




Pourquoi monsieur Guy Debuisson est candidat ? Je me suis posé la question.

L'ensemble du livre permet de répondre... Faute d'une réponse claire du candidat... mais sa "non réponse" est finalement très éloquante... Guy Debuisson ou les errances de la droite lotoise 2014 incapable d'offir une solution crédible au déçu du faux socialisme...



Bonjour M. Debuisson,

N’ayant pas reçu de réponse sur twitter ni facebook... passé hier devant votre permanence, j’utilise les courriels affichés.
Comme annoncé sur http://www.cahors.pro, publiant dans quelques jours un livre sur les élections municipales de Cahors (un peu plus de 200 pages), et plus généralement la politique dans le Lot, je souhaiterais réaliser votre interview, par mail... (comme celle des autres protagonistes de cette étape...)

Je vous envoie donc quelques questions. Elles seront publiées avec ou sans réponses dans ce livre (si elles arrivaient après la publication, elles figureraient dans une "version 2" qui sera éditée si des personnalités sollicitées me répondaient après le bouclage... le livre est terminé, il ne manque plus que ces interviews)

- Vous êtes avocat, "célèbre pénaliste toulousain", cesserez-vous votre activité professionnelle pour vous consacrer à Cahors si vous en êtes élu maire ?

- Vous connaissez les grandes lignes des programmes de vos adversaires, le votre reste à découvrir. Quels points majeurs vous permettent de proposer un choix politique vraiment différent ?

- Vous n’êtes pas "sans expérience politique" car avez exercé un mandat au Conseil Régional, où vous disposiez même d’une vice-présidence, élu radical de Gauche, de 1998 à 2004... Pourquoi n’appartenez-vous plus à la famille de monsieur Baylet ?

- En octobre 2013, vous vous prétendiez très serein, avec le soutien de l’UMP et l’UDI du département. Vous ajoutiez « M. Hureaux et Mme Dausse n’ont aucune chance d’emporter cette élection.» Pourtant, au niveau national, ces deux candidats reçurent une investiture. Vous pensiez sûrement "réunir la droite" et vous retrouviez diviseur. Pourtant vous avez continué. Pourquoi ?

- Pourquoi avoir demandé l’investiture de l’UMP alors que vous vous présentiez en "candidat de la Société civile" ?

- Vous serez donc "le candidat de la Société civile" mais votre campagne tarde à démarrer... Vous semblez connu et apprécié à Cahors d’un cercle très restreint et avez consacré très que peu de temps à cette campagne, sans "réunions publiques dans chaque quartier." Pensez-vous en quelques jours rattraper votre déficit d’image ?

- Madame Dausse vous appela « M. Debuisson le Toulousain » pour finalement se retrouver en situation de « Mme Dausse l’agenaise », quelles réflexions vous inspirent cette polémique ?

- M. Hureaux a semblé douter de votre candidature... Avez-vous envisagé de fusionner vos listes dès le premier tour ?

- Au second tour, il semble évident que le maire sortant se retrouvera face à "un candidat de droite." Vous pensez pouvoir être cet adversaire, donc devancer la liste conduite par M. Hureaux ? (dans ce cas, votre porte lui sera ouverte pour une fusion de vos listes ?)

- Si M. Hureaux vous devance et vous propose de rejoindre sa liste au second tour, quelle sera votre attitude ?

- En 2008, M. Marc Lecuru avait été sévèrement battu par M. Jean-Marc Vayssouze-Faure. Qu’est-ce qui vous distingue du candidat ayant alors "perdu en finale" ?

- Cahors est parfois présentée comme une "ville de gauche sans FN"... Pourtant Marine Le Pen, au premier tour de l’élection présidentielle 2012, avait obtenu 1 443 voix, soit 13% des exprimés. Comment, selon vous, va se comporter cet électorat ?

- Vous semblez "le seul" à envisagez votre victoire... Pensez-vous qu’une triangulaire, avec la qualification d’Isabelle Eymes, soit votre chance ?

Vous remerciant,

Amitiés,
Stéphane

Stéphane Ternoise
http://www.cahors.pro


Le 25 février :

Cher Monsieur,

Je ne fais jamais d’interview par courrier, non pas que l’on m’ait appris la prudence dans ma jeunesse et que je cultive ce comportement à outrance, mais tout simplement car il s’agit d’une méthode bien trop impersonnelle.
De toute façon vous concluez en indiquant "je semble être le seul à envisager ma victoire".

Donc, tout est dit.

Sachez cependant que j’ai sollicité un face à face avec le maire actuel, face à face qu’il a refusé (TLT).

J’ose espérer qu’il en acceptera un avant le 1er tour.

Rendez-vous le 23 MARS au soir.

Bien à vous.

Me G. DEBUISSON


Le 26 février à 8 heures 58, j’envoyais une réponse laissant la porte ouverte :

Bonjour Maître Debuisson,

Je prends acte de votre décision. C’est dommage. Vos réponses auraient pu éclairer les cadurciennes et cadurciens. M’éclairer également dans cette analyse indépendante...

L’interview par mails, je la pratique depuis une dizaine d’années, surtout avec des écrivains, elle permet d’obtenir des réponses précises, avec les mots exacts de l’interviewé, donc sans risque d’erreurs, d’interprétations erronées lors de la mise en forme. Elle permet également d’éviter les affects, donc d’aller droit à l’essentiel. Même à des questions qui peuvent sembler irrévérencieuses (si vous lisez ce livre, vous vous apercevrez qu’aucun candidat n’est ménagé... je ne roule pour personne !) Mais les réponses doivent être plus importantes que les questions...

Je vous précise, mais vous l’aviez sûrement compris malgré votre conclusion : vous n’êtes pas le seul à avoir été questionné avec "semble être le seul à envisager votre victoire". Il s'agit naturellement d’un "le seul" dans le cercle des candidats, des personnes qui s’expriment au sujet des ces élections, et de "l’opinion."

Subissant régulièrement les désavantages de l’indépendance, il faut bien parfois également en récolter les avantages : aucune nécessité de plaire à qui que ce soit, donc aucune complaisance, aucune crainte de déplaire. Mon statut de profession libérale me rend inéligible aux subventions, bourses !


Je lirai donc avec attention votre programme si je parviens à me le procurer avant l’édition. Merci, si vous le pouvez, de m’en envoyer une copie numérique.

Naturellement, comme indiqué dans le "questionnaire", j’avais prévu la possibilité de refus de mes demandes... Et leur arrivée après la première édition (vous pouvez toujours, en relisant ces questions, les considérer comme une bonne opportunité de faire passer vos convictions, votre vérité...)

Quant au 23 mars... il y a "longtemps" que je travaillerai sur un autre sujet. Je n’ai pas l’intention de couvrir le traditionnel débat d’entre deux tours comme ce fut le cas en 2008. (je ne suis pas électeur sur Cahors)

Vous remerciant,

Amitiés,
Stéphane

Stéphane Ternoise
http://www.cahors.pro


Pourtant M. Debuisson aurait pu utiliser cet espace pour analyser la presse lotoise. Exemple, dans l’article du 27 septembre 2013 de leur dépêche, après sa déclaration : « En premier lieu, je suis candidat de la Société civile, donc sans étiquette politique comme je l’ai déclaré ; je bénéficie ainsi du soutien de nombreux Radicaux de gauche cadurciens en plus du Centre, de l’UDI et de l’UMP... », le journaliste, naturellement libre, titre "Prg : «Rien à voir avec nous»" et expose « Guy Debuisson a revendiqué des amitiés au PRG dans son intervention. S’il a bien été membre du PRG, il ne l’est plus depuis 2004 : «M. Debuisson ne peut en aucun cas se prévaloir du soutien du PRG, affirme Guillaume Baldy, secrétaire général de la fédération du PRG du Lot. Nous avons passé un accord-cadre avec le PS, au niveau national, et nous travaillons à une union dès le premier tour, à Cahors comme dans les autres villes du Lot.» Guy Debuisson n’a donc pas le soutien du PRG.»

C’est la conclusion de Laurent Benayoun. Le lecteur "de base" pourra croire qu’il s’agit d’un cinglant désaveu des déclarations de M. Debuisson par un journaliste dans son rôle de scrupuleuse vérification des propos... Pourtant, subrepticement... ils ne parlent pas de la même chose... M. Debuisson revendique le « soutien de nombreux Radicaux de gauche cadurciens », tandis que le journaliste, aidé de Guillaume Baldy, secrétaire général de la fédération du PRG du Lot, expose la situation du parti. Certes, il semble qu’aucun des radicaux ne s’affiche avec ce candidat... que la discipline semble plus suivie qu’à l’UDI... mais ce qui n’exclut pas "des soutiens" dont, face à face, j’aurais demandé "de quel ordre" plutôt que de m’en référer à Guillaume Baldy. Financiers ? Discrets ? Secrets ?

On pourra me reprocher une certaine subjectivité mais avant de m’en faire grief merci de la comparer aux articles politiques du quotidien lotois…




municipales 2014





Publié dans Cahors, municipales 2014 : un enjeu départemental majeur. Toujours le plus juste des documents sur la scène politique lotoise.


- Acheter ce livre en papier ou numérique

- Présentation.







Ajout avis lotois



Qui a écrit cet article ? Ternoise


Le 17 01 2015 à 18 : 10


Le contact lotois du site






Saint-Cirq-Lapopie 
Montcuq 
Limogne en Quercy 
Cahors 
Gariottes 
Lavoirs 
Dolmens 
Pigeonniers